Histoire du CBD

Histoire du CBD

On confond trop souvent, au sujet du cannabis, le THC et le cannabidiol (CBD). Et pourtant, le second se distingue du premier par ses bénéfices sur la santé et son utilisation dans un cadre médical. Des deux substances actives les plus connues du cannabis, le CBD est, en effet, la plus intéressante du point de vue des patients qui s’en servent pour apaiser douleurs, angoisses, inflammations, ainsi que de nombreux autres symptômes. 

Qu’est-ce que le CBD ?

Le CBD est une molécule faisant partie de la famille des cannabinoïdes. À l’instar du THC, c’est une substance active présente dans le plant de chanvre (dont on tire la résine de cannabis). On le trouve toutefois en quantités moindres que le THC (entre 0,6 et 1 %, contre 12 à 25 %), notamment en raison des choix de production faits ces dernières décennies. Le THC étant plus recherché pour ses effets « planants », les graines de cannabis qui circulent en contiennent à des niveaux plus élevés.

Mais aujourd’hui, alors que les atouts médicaux du cannabis attirent de plus en plus l’attention, des variétés sont produites spécifiquement pour contenir des niveaux importants de CBD. Il est ainsi possible de trouver des graines de cannabis thérapeutique (à visée médicale) ayant plus de 6 % de CBD, ce qui est énorme… Et assez rare. Une concentration de 1 % est largement suffisante pour couvrir les besoins des patients, le CBD s’avérant très efficace.

Quelle est la différence entre le CBD et le THC ?

Sur les 500 cannabinoïdes différents qui existent dans le cannabis, le THC est certainement le plus connu des consommateurs, même si le CBD commence à s’imposer. Tout simplement parce que le THC (9-tétrahydrocannabinol) est le composant dit « psychoactif » du cannabis. En agissant directement sur le système nerveux, il affecte le fonctionnement du cerveau et peut changer les perceptions, modifier l’humeur et transformer le comportement. C’est généralement pour ces effets que le THC est consommé : il rend « high » !

Contrairement au THC, le CBD ne fait pas « planer ». Son rôle est même exactement inversé : il tend à contrer les propriétés psychoactives de son grand frère, et les retarde parfois (peuvent aussi durer plus longtemps). C’est ce qui explique son orientation médicale. Pour autant, il n’est pas totalement dénué d’effets psychoactifs : le CBD génère une sensation de soulagement à l’instar d’un sédatif.

Ensemble, THC et CBD voient leurs effets se décupler. La conjonction des deux molécules permet d’agir puissamment sur l’anxiété et sur les douleurs, avec de meilleurs résultats que dans le cas du seul THC (dont les effets sont parfois mal ressentis par les utilisateurs).

Notez tout de même que le cannabis à forte teneur en CBD ne peut pas remplacer le THC, pour ceux qui recherchent essentiellement les effets psychoactifs de la substance. Les propriétés idoines ne sont atteintes qu’à hautes doses de CBD, et encore, sans aller jusqu’à un effet relaxant équivalent à 100 %. En d’autres termes, le CBD ne peut pas servir de produit de substitution pour les gros consommateurs de cannabis riche en THC.

Les origines du Cannabidiol

En 1940, dans l’université hébraïque de Jerusalem en Israel, un professeur découvre le CBD, en clair le cannabidiol, essentiel composant du cannabis avec le THC. 

N’oubliez pas son nom : Raphael Methoulan, car par sa découverte il tire un trait sur les préjugés à propos de cette plante aux vertus thérapeutiques formidables. Mais il faudra bien des années encore pour que la beuh, la weed, l’herbe soit dédiabolisée par la médecine pharmaceutique moderne

Mais ce n’est que des années plus tard que les chimistes biologistes ont identifié les structures respectives du cbd et du THC.

Il en résulte que le THC est la structure psychoactive dans le cannabis alors que le CBD est non toxique et détient même de nombreuses vertus médicinales.

En isolant cette molécule au fil du temps et des expérimentations, du choix des plantes ( car il existe beaucoup de variétés ), il a été possible de choisir le plan idéal dans lequel le cannabidiol ( CBD ) est le plus concentré, annulant ainsi, les effets de son cousin le THC au tendance psychotrope et néfaste pour la santé.

Plus communément appelé le chanvre dont on utilise les fibres pour le tissus; les graines pour l’huile et les fleurs pour les tisanes ou en mélange à fumer dans certains pays avec d’autres plantes comme la sauge, ou l’aspérule odorante…

Par la suite, les lauriers reviennent à Roger Adams, pour avoir isolé pour la première fois la molécule de CBD cannabidiol du chanvre. 

Après plusieurs études, dont des essais cliniques sérieux au Brésil sur des patients atteints d’épilepsie ( essais réalisés avec une teinture mère de cannabidiol ) ont remarqué une nette amélioration de leur état.

Cependant les expériences positives de ces chercheurs entre autre Dr Mechoulan et ses collaborateurs n’ont pas suscité beaucoup d’intérêt, dommage. 

Les plantes il faut savoir les utiliser. Une mauvaise pratique n’est pas anodine ! Le CBD fait exception à la règle étant donné qu’il est dépourvu de toutes substances nocives pour la santé.

Donc si vous souffrez de troubles de nervosité, de stress, de douleurs récurrentes où qu’elles se situent dans votre corps ! Le CBD peut aider à la détente du corps  et de l’esprit sans dépendance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.